Trek: Une journée ou plus pour rencontrer les éléphants du Mondolkiri


Eléphants de EVP Mondolkiri
Eléphants de EVP Mondolkiri

Dans le Mondolkiri, il y a des activités très prisées comme aller à la rencontre des éléphants de la province. Vous trouverez quelques agences qui vous organisent des treks d’un ou plusieurs jours pour aller voir les éléphants. Je vous partager ici mon expérience d’une journée avec Elephant Valley Project.

Pourquoi je veux parler de l’Elephant Valley Project (EVP) ? Sur internet, on trouve plusieurs avis différents sur les projets et les sanctuaires pour éléphants en Asie du sud Est. A force d’en lire, on finit par s’y perdre. Je vais vous raconter ma journée de trek avec EVP car je trouve le projet très sérieux en espérant vous éclairer un peu plus sur le déroulement d’une journée de trek.

Elephant Valley project, c’est quoi ?

Elephant Valley Project
Elephant Valley Project

Elephant Valley Project est un projet qui a été fondé par Jack HighWood et qui fait partie de l’ONG ELIE locale (Elephant Livelihood Initiative Environment) fondée en 2006 et basée dans le Mondolkiri.

L’objectif de cette ONG est d’améliorer la santé et le bien-être des éléphants en captivité de la province du Mondolkiri, de préserver l’habitat naturel des éléphants et de soutenir les populations locales qui travaillent pour ces éléphants.

L’ONG a d’abord commencé par fournir des soins vétérinaires et une éducation aux familles des mahouts qui possédaient des éléphants en captivité dans la province du Mondolkiri. ELIE opère sur de nombreux programmes (recherche, surveillance des éléphants, vétérinaire mobile…) et Elephant Valley Project est un projet d’écotourisme et de conservation des éléphants.

Ce que fait EVP, c’est de récupérer des éléphants « domestiques » et les abriter dans une vallée. C’est tout une organisation avec plusieurs équipes d’employés pour s’occuper des éléphants et du campement d’EVP.

Pour les visiteurs comme moi, c’est l’occasion de découvrir les éléphants dans leur milieu naturel et dans un cadre exceptionnel tout en respectant les éléphants.

Un trek éléphant dans le Mondolkiri avec Elephant Valley Project ça donne quoi ?

Le matin on a tous rendez-vous à Hefalump café à 7h30, en plein centre ville de Sen Monorom. J’étais partie de l’hôtel Mayura Hill Resort avec la voiture, bien pratique.
Si vous n’avez pas eu le temps de prendre un petit-déjeuner vous pouvez le faire directement sur place, il y a au fond du café une jolie terrasse.
Le départ est prévu à 8h.
J’avais devant moi 30 minutes d’attente mais pendant ce temps, Connaugh notre guide anglophone qui nous accompagne s’assure qu’on ait bien les chaussures adéquates pour faire ce trek, si on a un pantalon (et non pas un bermuda ou short) etc

A 8h, nous montons dans le van, nous sommes dix ou douze. Nous nous dirigeons sur les hauteurs de Sen Monorom au bout de 30 minutes, on arrive à l’entrée d’Elephant Valley Project. Durant environ 30 minutes, Connaugh nous explique l’origine et le fonctionnement du projet. La majeure partie des fonds récoltés est utilisée pour la sauvegarde des éléphants et à assurer une protection sociale des mahouts et la tribu des Bunong (Phongs) et des employés sans oublier de nous parler d’ELIE et des différentes actions que l’ONG mène.

Ensuite nous commençons le trek, nous marchons pendant 30 minutes, en saison des pluies malgré l’herbe, le sol est très glissant.

Repas pour éléphant
Repas pour éléphant

Nous rejoignons une rivière et c’est là que les cornacs arrivent avec 3 éléphants.
Connaugh nous présentent les 3 éléphants et nous racontent leur histoire. Les éléphants ne sont pas du tout effrayés de voir des visiteurs, je dirai même qu’ils ont l’habitude. Ils ont été domestiqués. Nous prenons quelques photos tout en gardant une distance de sécurité sans faire de mouvements brusques.

Bain avec les éléphants
Bain avec les éléphants, c’est les cornacs qui les lavent

Ensuite nous les suivons jusqu’à la rivière 200 mètres plus loin pour voir les éléphants prendre leur bain. Ils ont l’air d’être heureux dans l’eau. Les cornacs grimpent sur leur tête , leur passe la brosse sur la tête, les frottent et les rincent avec un seau d’eau.

L'éléphant va se gratter en sortie de bain
L’éléphant va se gratter en sortie de bain

Les éléphants ressortent de l’eau, on les suit derrière tout en gardant une certaine distance de sécurité. On les regarde manger, des bambous, des branches d’arbres, des feuilles… Et on a ri quand un éléphant est venu se frotter à un arbre, alors ça gratte ? On voit que les éléphants sont chez eux, ils connaissent bien les lieux, il se sentent à l’aise. Et je dirai même que cet éléphant à l’habitude de venir se frotter sur cet arbre.

Camp de base Elephant Valley Project
Camp de base Elephant Valley Project

A l’heure du déjeuner nous allons au campement de base un peu avant midi. Je suis étonnée de voir qu’en fait cette ONG est très bien organisée. Il y a des chambres prévues pour les personnes qui ont opté pour faire du bénévolat l’après-midi voire plus si elles comptent séjourner plus longtemps.

Je profite pour visiter un peu le campement. On est en pleine nature mais il y a des toilettes aménagées 😀

Cuisine EVP
Cuisine EVP

Nous mangeons tous ensemble. Au repas, c’est de la cuisine locale au menu, ce sont des cambodgiennes employées qui ont préparé les plats faits-maisons, ça sentait bon, on peut même les voir préparer les plats. Du riz blanc, du poisson frit avec légumes, oignons frits et d’autres spécialités locales. Pour les gourmands, on peut se resservir sans souci car en fait c’est buffet-repas. En dessert, il y avait des fruits frais tels que ramboutan, pastèque et une sorte de poire, de quoi se rafraîchir par cette chaleur.

Hamacs campe de base EVP
Hamacs campe de base EVP

Après avoir déjeuné, on se repose un peu avant de repartir voir d’autres éléphants. Il y a de quoi dans ce campement, des canapés, des hamacs, devinez ce que j’ai choisi ? 😉

A 14h, on est prêt.

Avant de repartir du campement, on nous a donné des pousses d’arbres afin de les remonter un peu plus haut et de les déposer. Je pense que l’organisation avait besoin d’un petit coup de main, car un pot rempli de terre par personne… c’était un peu lourd.

Guide @ EVP
Guide @ EVP

On remonte dans le mini van, on roule pendant 5 minutes pour changer de vallée. On marche pendant 30 minutes, sur la route on trouve une maison avec des habitants, des enfants et un chien. Le guide anglophone laisse la parole au guide local qui nous explique que les Bunong sont animistes et pour eux les esprits vivent dans la forêt.

Autre éléphant qui prend son bain
Autre éléphant qui prend son bain

On arrive à une rivière et on croise d’autres éléphants prendre leur bain. Ils remontent et mangent. On les suit et on apprend tout des ces éléphants du moins je pense à propose de leur histoire.

Elephant @ EVP
Elephant @ EVP

Je ne saurai plus vous dire dans quel ordre j’ai vu ces éléphants je me souviens juste de leur nom Easyrider, Ruby, NingWan, MaeNang, Geenowl. Le guide nous a parlé du fameux Sambo, une éléphante qui faisait des balades devant le Wat Phnom à Phnom Penh. ELIE a été soutenue par la fondation Abraham et l’USAID et plus de 84 donateurs privés qui a recueilli des fonds pour organiser le sauvetage de Sambo. Elle réside désormais dans la forêt.

Culture dans le Mondolkiri
Une des culture qu’on peut voir sur la route du retour

Après cette nouvelle rencontre, nous retournons sur le mini van. Nous rentrons au café Hefalump vers 16h45. Au total le trek a duré une grosse journée et 8km de marche.

Pour le bénévolat (programme de 2j), il s’agit d’apporter son aide pour les besoins du campement, plantations, nettoyer une bananeraie etc en un après-midi mais il est possible de séjourner au campement plus longtemps. Je ne peux pas vous en dire plus car je n’ai pas essayé.

Quelles différences entre Elephant Valley Project (EVP) et les autres ?

Elephant Valley Project

Mahout (cornac) au repos
Mahout (cornac) au repos

EVP est différent des autres sanctuaires d’éléphants car on ne monte pas sur le dos des éléphants, en fait, le projet encourage peu l’interaction entre les éléphants et les visiteurs. Non ce n’est pas une arnaque, si vous souhaitez monter sur le dos des éléphants comme dans cet article, les laver, prendre un bain, ou leur donner à manger etc il faut aller dans les autres sanctuaires.

EVP veut préserver un maximum les éléphants dans leur milieu naturel, et ne veut pas les solliciter pour leur faire faire des actions avec les visiteurs. Les éléphants doivent rester libres.
Le prix est plus élevé chez EVP mais la prestation est de grande qualité:
– 1 journée de trek (8h00 à 16h45)
– 85$/personne
– Vous observez les éléphants, on vous raconte leur histoire, leur origine, leur façon de vivre…
– Buffet-repas + plusieurs fruits
– On était 10 dans le groupe mais je pense que ce sont des groupes de 12 personnes maximum.

Mondolkiri project (non testé)

C’est une ONG cambodgienne fondée en octobre 2013 par Mr Tree. Ce projet borde la zone protégée de Keov Sema.

Voici ce que dit Mr Tree (source tirée du site)

Un des gros problèmes au Cambodge est la déforestation. Les Bunong abattent les arbres pour vendre le bois au Vietnam ou en faire des petites fermes, ils ont besoin d’argent pour subvenir aux besoins de leurs familles.

L’ONG améliorerait la vie du peuple Bunong qui est une ethnie menacée. Le projet Mondolkiri crée des emplois pour la communauté qui leur permettent à des familles de Bunong d’améliorer leur niveau de vie. De plus, comme la population augmente, il y a donc besoin de plus de riz, les locaux abattent plus d’arbres pour les vendre et gagner de l’argent. Mr Tree est soucieux de la déforestation du Mondolkiri. Il a eu donc l’idée de protéger la forêt afin qu’elle puisse être utilisée de façon à fournir un revenu aux communautés. Il fournit donc des expériences de trekking avec les éléphants pour les touristes et développe des solutions qui vont permettre d’apporter des revenus aux Bunong et sauver des habitats pour les éléphants.

Dans le Mondolkiri il n’y a que 48 éléphants dans les sanctuaires et villages. Les éléphants sauvages il en restent peu à cause du défrichement du bois et de la plantation de caoutchouc.

Le projet Mondulkiri a ouvert un nouveau sanctuaire avec 6 éléphants. A l’avenir, le projet espère lancer un programme d’élevage naturel d’éléphant.

1 journée de trek (8h30 à 16h30)
– 50$/personne
– Vous voyez 6 éléphants, vous pouvez observer, nourrir les éléphants, nager et les laver
– Repas pris en charge, bouteille d’eau
– Groupe de 1 à 19 personnes maximum

LEAF (Local environment awareness fondation) Mondulkiri Sanctuary (non testé)

L’objectif principal de leur programme est d’aider à défendre les belles forêts communautaire et la faune de la région. Ils souhaitent améliorer la vie des Bunong et ont lancé un programme de reforestation.

Concernant les actions envers les éléphants, leur programme sponsorise les soins donnés à 5 éléphants domestiques, qui ont été libérés du travail intensif dans l’exploitation forestière illégale, le travail agricole et l’industrie touristique.

L’ONG travaille également sur le développement d’un nouveau centre de traitement et de réintroduction de la faune. Le but est d’aider et de mieux traiter les animaux qui ont été sauvés de la captivité ou blessés pendant le trafic d’espèces sauvages.

1 journée de trek
– 45$/personne
– Groupe de 12 personnes maximum

Les programmes se ressemblent plus ou moins entre eux. Pour faire votre choix, discutez avec les ONG et comparez. Ne regardez pas que le prix 😉

Mon avis sur Elephant Valley Project

Moi et un éléphant @ EVP
Moi et un éléphant @ EVP

Les tarifs sont un peu plus chers que ses concurrents certes mais quand je sais que cette organisation n’autorise pas de toucher les éléphants, ni de leur donner à manger ou de se baigner avec, je comprends qu’Elephant Valley Project respectent un maximum les éléphants. Les cornacs parlent à leurs éléphants (ne crient pas), ils n’ont pas de bâtons.
Evidemment je ne peux qu’apporter mon avis sur Elephant Valley Project car c’est le seul que j’ai testé.
J’ai trouvé différents avis mais pour ma part la journée s’est bien déroulé et j’ai été satisfaite.

En tout cas détrompez-vous, si vous pensez que vous aller voir des éléphants sauvages, tous les éléphants que vous voyez dans ces sanctuaires y compris à EVP, sont des éléphants domestiques. Ces éléphants avec l’écotourisme sont habitués à voir des humains même s’il faut toujours garder une certaine distance de sécurité, on ne sait jamais si l’éléphant réagit mal soudainement. Un jour si je veux voir de vrais éléphants sauvages, je partirai en Afrique accompagnée d’une bonne paire de jumelles.

Et vous quel est votre avis sur ces sanctuaires d’éléphants ?

L’article a été rédigé par mes soins, je ne fais que partager mon expérience sur Elephant Valley Project.

Pour découvrir d’autres activités à faire dans le Mondolkiri.

MA NEWSLETTER
J'accepte que mes informations personnelles soient transférées vers MailChimp.
Pour resté informé des nouveautés: mes prochains voyages, derniers articles, exclusivités, bons plans...
En renseignant votre email, vous acceptez de recevoir les derniers articles du blog par mail et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité. Nous détestons le spam. Votre adresse e-mail ne sera pas vendue ou partagée avec quelqu'un d'autre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinsription ou en nous contacter via le formulaire de contact
Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
Le partage c'est la vie :)
  • 93
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    93
    Partages

No Comment

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *