quête-des-moines
Share on Facebook7Share on Google+0Tweet about this on Twitter5Pin on Pinterest1Share on Tumblr0Buffer this pageShare on LinkedIn0Email this to someone
Le partage c'est la vie 🙂

Cet article me tient à cœur, puisqu’il traite de Luang Prabang, la ville natale de ma mère et plus particulièrement de l’aumône des moines. Cette ancienne ville royale est le lieu qu’il ne faut surtout pas manquer de visiter lors d’un séjour au Laos.

biblothèque-tante

Aujourd’hui devenue une bibliothèque

Je me souviens de l’enthousiasme de ma mère à l’idée de nous faire visiter cette ville car elle a vécu durant toute son enfance là-bas. J’ai parcouru les rues de la ville, visiter de nombreux temples, goûter à la cuisine locale et visiter les sites touristiques situés à quelques kilomètres (grottes de Pak Ou, chutes de Kuang Si…). Rien de plus appréciable quand quelqu’un vous fait découvrir sa culture encore plus quand il s’agit d’un de vos parents.

Luang Prabang est un endroit magnifique, surtout pour les personnes qui recherchent un lieu tranquille.

Depuis que la ville est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, en 1995, Luang Prabang est devenu un site protégé. Les rues et les bâtiments ont été restaurés et quelques occidentaux sont venus s’installer pour monter leurs affaires (restaurants, guest-houses…).

Beaucoup diront que Luang Prabang perd de son charme à cause du tourisme de masse. Pour y être allée une fois, je n’ai pas pu comparer le Luang Prabang d’autrefois avec celui d’aujourd’hui mais  j’ai tout de même été charmée lors de ma visite en 2012.

A côté des nombreux temples et sites à visiter autour de Luang Prabang, la quête des moines ou « Tak Bat » en lao est une des particularités de Luang Prabang.

L’aumône des moines qu’est ce que c’est ?

Le moine bouddhiste ne vit que de l’aumône, il ne gagne pas d’argent car il n’a pas le droit d’en gagner ni d’en dépenser. Pour vivre, il dépend de la générosité des habitants bouddhistes. Il ne travaille pas car il se consacre aux tâches spirituelles. Et ce qui est important de retenir pour tout bouddhiste, c’est que la donation honore et que le fait de donner vous élève d’un point de vue spirituel. Ma mère m’a toujours dit « Donne et prie, c’est bon pour toi« .

Chaque jour très tôt le matin, les moines bouddhistes font le tour de la ville pour recevoir les offrandes. Dans un silence, les bouddhistes viennent se poser devant leur maison, pieds nus et attendant l’arrivée des moines. Ensuite les moines rentrent vers 7h et prennent le repas qui sera d’ailleurs le seul de leur journée et se  consacrent le reste du temps à leurs prières.

Cette quête des moines est un rituel qui se répète tous les jours.

Une expérience hors du commun

Si vous êtes pratiquant bouddhiste, ou dans une démarche personnelle spirituelle, vous pouvez participer à l’aumône des moines. Vous comprendrez bien que tout le monde ne participe pas à l’aumône des moines « pour le fun ». Ma mère étant  bouddhiste pratiquante m’a essayé au bouddhisme depuis mon enfance, ceci faisant partie de ma culture. Elle a essayé de m’inculquer le bouddhisme maintes fois mais hélas, il y a une partie de moi « occidentale » ou rebelle ? qui se refuse à toute pratique religieuse et spirituelle. Et quand mes camarades de classes, prenaient des cours de catéchisme, je ne comprenais pas pourquoi je devais m’asseoir  et prier devant le bouddha.

Alors dans cette ambiance de voyage en famille à Luang Prabang, à la demande de ma mère j’ai accepté de participer à la cérémonie des moines.

Voici comment se déroule les  offrandes :

Une préparation en cuisine la veille

Il est de tradition de préparer le riz, les plats, fruits et biscuits la veille. Le riz gluant ou « khao niew » est l’aliment de base le plus consommé à Luang Prabang.

La veille au soir, les habitants préparent le riz,  retirent les impuretés  qui logent entre les grains de riz. Ils rincent plus d’une fois le riz pour obtenir un riz propre à la cuisson et le laissent tremper  la nuit. Au petit matin, le riz est cuit dans un panier tressé, à la vapeur. A côté du riz, ils préparent  le stock de fruits, de biscuits et de gateaux…

Pour vous qui séjournez en guest house, vous n’avez pas à vous soucier de cette préparation, des laotiennes s’occupent de tout pour vous, il suffit juste de vous renseigner à la réception de l’accueil. Il est évident que tout le monde ne peut participer à cette cérémonie comme on prendrait un ticket pour faire un tour de manège ou voir un spectacle. Comme je l’ai précisé plus haut, si vous êtes bouddhiste, on ne vous refusera pas d’y participer.

L’heure de rendez-vous

Si vous voulez participer à l’aumône des moines, il vous faudra être matinale. En décembre, vous pouvez vous lever aux alentours de 5h, la journée commence et le soleil ne va pas tarder à se lever.

Se vêtir correctement

Une petite préparation est nécessaire avant d’aller voir les moines. Les hommes portent une écharpe et les femmes portent une écharpe et une jupe (en lao « sinh » )! L’écharpe laotienne  se porte sur l’épaule gauche et non sur la droite comme Miss France ! Vous pourrez trouver des jupes laotiennes au Night market de la ville et de nombreuses à Vientiane, si vous avez visité la captiale auparavant.

S’installer

Une fois prêt, vous vous rendez devant la guest house où vous séjournez, le Tak Bat (ou quête) commence peu avant 6h. Certains d’entre vous pourront entendre le gong de départ, qui annonce le départ des moines. 🙂

Déchaussez-vous et vous pourrez vous agenouiller sur le tapis de bambou qu’on vous a installé. Et là vous attendez.

tak-bat-luang-prabang

Ma participation à l’aumône des moines

Tout doucement sans bruit, vous apercevez une file indienne de moines bouddhistes tous vêtus d’une robe couleur safran. Ils ne portent rien sur la tête, ont le crâne rasé, et ne portent rien sous les pieds, pas de tongues.

Si vous observez bien vous verrez en tête de file, le maître de chaque temple suivi de jeunes moines bouddhistes. Ils viennent recueillir les offrandes grâce à leur bol d’aumône.

Comment procéder  aux offrandes?

Pour chaque moine qui passe devant vous, il vous faudra vous saisir d’une poignée de khao niew, fruits, gateaux etc et de la mettre dans le bol du mooine. Assurez-vous de donner une part équivalente à chaque moine.

Faites attention, tout contact physique est interdit avec les moines encore plus si vous êtes une femme. Pourquoi cela ? Dans le bouddhisme, la femme est considérée comme un être impur de ce fait elle n’a pas le droit de toucher les moines et se doivent de toujours rester au niveau inférieur aux moines. Quand j’étais plus jeune, je me souviens passer lentement à l’allure d’une personne âgée souffrant de maux de dos (sans canne pour marcher) tout en faisant bien attention de ne pas effleurer les moines ! Aujourd’hui, il m’arrive encore d’avoir cette attitude, c’est un signe de respect. Pour ne pas être mal vu des locaux, vous pouvez consulter l’article que j’ai rédigé sur les choses à ne pas faire au Laos.

Si vous êtes simple voyageur ou curieux, vous pouvez assister discrètement à la cérémonie de votre chambre si cela vous est possible ou à l’entrée de votre guesthouse.

Ce que j’ai le moins apprécié

  • Les touristes mal renseignés, vont photographier les moines de près. Si vous souhaitez prendre quelques photos, faites-le de manière silencieuse, discrète et à distance pour ne pas déranger la cérémonie. Désactivez les flashs 🙂
  • Aussi, du fait que l’aumône des moines se déroule tôt le matin, j’avais du mal à suivre le rythme des moines. Ils défilent assez vite et il faut savoir donner au minium à chaque moine une poignée de riz. Ils n’attendaient pas après moi que je leur donne de belles préparations dans leur bol 😉

Ou avez-vous déjà assisté ou participé à la quête des moines ? Qu’avez-vous avez apprécié ?

Share on Facebook7Share on Google+0Tweet about this on Twitter5Pin on Pinterest1Share on Tumblr0Buffer this pageShare on LinkedIn0Email this to someone
Le partage c'est la vie 🙂